Accueil  |  Le Club  |  Ecole  |   Nos Avions | Info Club  |  News Aéro   |  Contacts

   
 

Le mot de l'instructeur
et les

Retours d'expériences

   
     

 


 

 

Infractions et Incidents, Explications.
" J'ai pris un AIRPROX ...", " ils m'ont collé une infraction ..."
Voilà des phrases qui vous inquiètent !
Un Airprox, à priori n'entraîne pas de sanction mais les instances peuvent le transformer quand même en infraction par précaution.

L'infraction est logique et permet de classer l'affaire avec une simple lettre de rappel.
A différents stades elle peut conduire à la commission de discipline.
La commission de discipline n'est pas un tribunal elle essaie de comprendre les causes qui ont conduit le pilote à commettre une infraction. La sanction est souvent éducative.
Il faudra traiter l'affaire avec la même rigueur que l'on met à préparer un vol.
( Vous pouvez compter sur moi pour vous aider.)
Il faut cependant souligner que s'il existe une procédure administrative, il existe aussi une procédure judiciaire.
Les forces de gendarmerie ou celles de police sont à même de relever directement une infraction. Dans ce cas s’ils estiment qu'il y a mise en danger de la vie d'autrui, ces derniers vont transmettre l'affaire au tribunal de grande instance.
Un pilote privé peut être amené à déposer un Airprox ou y être impliqué.
Une infraction est un non respect des règles de la circulation aérienne en vol comme au sol.
(Négligences, Imprudences, Pénétration de zones règlementées, Vol basse hauteur, etc. ...)
Après constatation de l'infraction le fonctionnaire ou l'agent remplit un PV d'infraction et informe le pilote des motifs de celui-ci.
En cas de faute grave l'autorité peut procéder pour une durée maximum de deux mois au retrait provisoire des licences après avis du président de la commission de discipline. Cette commission doit émettre son avis dans les deux mois, elle rend compte immédiatement au ministre chargé de l'aviation civile de cette décision.

Explication du navigant mis en cause:
Le pilote prendra garde à correctement remplir cette partie.
Une explication rationnelle et logique pourra permettre de classer l'affaire, alors qu'un argumentaire fallacieux et en dehors des textes enfreints, conduira directement à la commission de discipline.
Si le pilote ne reconnaît pas la réalité de l'infraction, il devra apporter des preuves en appui avec la réglementation.
Infraction susceptible de comporter une suite pénale:
Les mêmes faits peuvent donner lieu à l'application simultanée d'une sanction pénale et d'une sanction du code de l'aviation civile. Ces infractions ne peuvent être constatées que par des officiers de police judiciaire ou transmises par le directeur de l'aviation civile au procureur.
Il est impératif de prendre un avocat pour faire face aux trois juges et au procureur.
Il faut savoir que l'aviation civile conserve les enregistrements radio et radar pendant un mois. La justice est parfois longue à la procédure. L'absence de preuve formelle conclut en général à un non-lieu de la procédure.
En conclusion:
Une erreur de navigation reste toujours plaidable, la faute volontaire ( exemple: vol à basse hauteur ) reste dangereuse.
Je ne peux que vous encourager à respecter la réglementation et à proscrire toutes manœuvres hasardeuses.
La procédure pénale démarre quand la faute est estimée lourde, nous sortons du cadre de l'aviation civile pour celui de la justice.

Bon vol a tous.
Votre instructeur J.F


   


Pour la sécurité de tous, je vais vous entretenir de l'approche de 5% et l'atterissage
.


Il se trouve que l'on a remarqué des problèmes sur l'amortisseur du train avant des avions.
Pour éviter ceci, je vous recommande, dans votre approche finale sur ce plan de 5% de garder votre vitesse, votre axe et le plan à 300 ft au-dessus du sol car il ne vous reste que 30 secondes avant de toucher le sol.
Si un des éléments ( le plan, la vitesse ou l'axe) n'est pas correct, la remise de gaz s'impose, quant à la vitesse, elle doit impérativement être à 1,3 de la Vs. (Vs = vitesse de décrochage)
Si vous êtes trop haut au dessus du plan, cela entraîne un excès d'énergie potentielle tandis que si vous allez trop vite, c'est un excès d'énergie cinétique, dans les deux cas, l'attérrissage n'est pas réalisable.
- Un toucher à la vitesse de 150 km/h nécessite toute la piste pour le roulage.
- Un toucher à la vitesse de 130 km/h demande la moitié de la piste.
- Un toucher à la vitesse de 90 km/h il vous faut 300 mètres.
Je vous rappelle que si vous freinez sur l'herbe mouillée, vous glissez.
Ainsi, vous devez:
- Stabiliser toujours en finale avec une vitesse de 1,3 de Vs
- Franchir, à la bonne hauteur et à la bonne vitesse, le seuil de piste.
- Toucher à la vitesse proche du décrochage.
Plus vous êtes proche de cette vitesse de décrochage, moins vous aurez de chance de rebondir.
- Si vous détectez que la vitesse n'a pas suffisamment régressé, il est recommandé de faire une remise de gaz et un tour de piste.
- Même décision si vous estimez que le contact avec le sol aura lieu en un point de la piste qui ne vous permet pas de vous arrêter en toute sécurité.

Je me tiens à votre disposition pour plus de précisions
JACQUES.FOLL

Retour d’Expérience

Si vous aussi vous voulez publier un retour d’experience " REX "
Composer votre texte et envoyer à weebmaster@lffr-aeroclub.fr

 

Retour D'Expérience de "Anonyme"

Faisant un vol avec "mon instructeur Préféré" pour une navigation de 50 NM, je remarquai qu'il me demandait avec insistance le nom des villes et même des villages que nous survolions.
Ayant une bonne connaissance de la région, je lui nommai ces lieux et je notai aussi les points de repère sur mon log de Nav.
Avec l'éloignement, cela devint un peut plus difficile et je pris ma carte.
Stupeur !!! Ma carte au 500000 ème n'était pas à coté de moi, pourtant j'avais fait le tracé et l'avais pliée dans le sens de ma navigation.
Je regardai derrière moi sur le siège. Pas de carte et à ce moment-là je compris que je l'avais laissée sur l'aile de l'avion avant de partir.
Elle devait être sur le terrain ou sur le taxiway. Que faire ??
Mon instructeur me dit qu'a bord, dans la pochette latérale on a une carte au 500000 ème à jour.
Je dois, en vol, refaire mon tracé pour préciser mes derniers points de repère.
Merci à l'Aéroclub de mettre des cartes à jour dans l'avion, cela m'a permis de continuer cette navigation.
Mon instructeur m'a signalé qu'avant de partir en navigation, il faut toujours bien placer sa carte à portée de main pour pouvoir se situer avec précision.
Merci Jacques.

 

     





     
     
 

 

 
 
 

Accueil  |  le club  |  Ecole  |   nos avions  |  Info Club  News Aéro Contacts